Le 24 mai prochain, l’appart Quatremain reçoit Marjorie Llombart, créatrice de la marque Dessine-moi une carrière et autrice du livre Dessine-toi une Carrière. Elle vient partager ses tips et ses outils pour (re)trouver une orientation professionnelle en accord avec soi-même.

A cette occasion, j’ai eu l’opportunité de lire son livre et d’échanger avec elle en avant première 😉 J’en ai profité pour aborder son propre parcours et ses propres impressions quant à la reconversion professionnelle. Témoignage.

*****

Dessine-moi une carrière

En quelques mots, peux-tu me dire qui est Marjorie Llombart aujourd’hui ?

Je suis la fondatrice de Dessine-moi une carrière. Je suis experte en reconversion professionnelle mais pas seulement. Mon travail consiste à redéfinir avec mes clientes la notion de succès professionnel. Le travail est source de plaisir, de travail et d’argent : ces trois notions sont indissociables dans l’accompagnement que je donne. Mon approche est holistique : je mixe des outils du développement personnel, de la psychologie positive, de la gestion du temps et du travail… J’interviens lors de sessions individuelles, d’ateliers ou encore de conférences.

Peut-on dire que tu es coach ?

(Petit rire) Oui, oui. Pour raccourcir, je suis coach. En 2018, j’ai fait l’IFOD, école des métiers du coaching et de l’accompagnement pour me former à cet aspect spécifique. Je ne refuse pas cette appellation de coach, mais je préfère dire que je suis une guide ou une accompagnatrice pour mes clientes.

Justement. Qui sont-elles ?

J’accompagne des femmes à des étapes très différentes de leur reconversion professionnelle. Certaines sont salariées, au tout début du process, sans idée de ce qu’elles veulent devenir, tandis que d’autres sont déjà entrepreneuses mais en recherche de réponses pour développer leur business ou s’épanouir.

Sur le blog :  5 choses que j'aime en tant qu'entrepreneure par Camille Sanson

Reconversion professionnelle : témoignage

Dans ton livre Dessine-toi une carrière, tu donnes des étapes et des outils pour entamer une reconversion professionnelle mais tu parles finalement assez peu de toi… alors même que tu es passée par là toi aussi. Quel est ton parcours ?

Lorsque j’étais en écriture du livre j’ai détaillé mon parcours dans la première partie. Mon éditeur préférait l’enlever car il disait que ça parlait trop de moi et que ça ne permettait pas au lecteur de s’identifier !!! Il reste donc une toute petite partie sur mon parcours dans l’avant-propos 🙂

Concernant mon parcours, j’ai fait des études de science, en pharmacie, mais je ne suis pas allée au bout du cursus. J’ai arrêté et je suis partie à Londres pour une année de break. Quand je suis revenue en France, j’ai repris l’école mais en cursus d’Histoire de l’Art. Je suis entrée en agence de presse puis en agence de photographe où j’ai été Productrice photo. Je gérais des shootings et des artistes photographes mais je ne me sentais pas épanouie. J’ai décidé de changer à nouveau.

J’ai commencé par un bilan de compétences il y a environ 10 ans. La reconversion professionnelle n’était pas véritablement connue à l’époque et c’est une psychologue du travail – coach qui m’a accompagnée. Elle m’a aidé à identifier ce que je voulais faire et j’ai fait une rupture conventionnelle avant de reprendre les études à Paris 8 : j’ai suivi le DESU Evaluation et Bilan des compétences, Gestion de carrière.

Le tout a pris 3-4 ans. Il y a 6 ans, en 2013, j’ai créé Dessine-moi une carrière en référence au Petit Prince.

Sur le blog :  La rentrée de La Patronnerie et nouveautés

Emotions, doutes, peur positive

Par quelles émotions es-tu passée pendant ton parcours ?

Je n’ai jamais eu peur. Ce qui me faisait peur, c’était l’ancienne situation. C’était de ne pas changer. Pour te donner un exemple, lorsque j’ai été diplômée, il ne me restait qu’un mois d’Assédic et je n’avais pas de plan B. Je ne conseille pas forcément à mes clientes d’y aller sans plan B mais la réalité c’est que je n’avais plus moyen de faire marche arrière. Alors j’y suis allée. Les opportunités sont arrivées… et les émotions se sont démultipliées. J’ai ressenti de l’excitation, un peu d’appréhension. Une peur positive, de celles que l’on ressent quand on se lance dans quelque chose de nouveau avec envie.

Comment as-tu géré le regard des autres ?

Le regard des autres, cela faisait déjà longtemps que je m’en étais affranchie. J’avais déjà bifurqué par le passé, lorsque j’avais quitté mes études de pharmacie. J’étais vaccinée. Le regard des autres, n’est pas important. C’est qui les autres ? Ce qui compte, c’est le soutien des proches. Si on est en couple, le soutien du compagnon est essentiel. Si on n’est pas en couple, le soutien de la famille pèse.

Le développement personnel

Quel(s) livre(s) de développement personnel conseillerais-tu pour entamer son parcours ?

Mon livre clé, celui qui m’a marqué, celui que je garde chez moi, annoté, plein de post-its, c’est 3 kifs par jour, de Florence Servan-Shreiber. Je l’ai découvert alors que j’entamais ma propre reconversion et c’est comme si un nouveau monde s’était ouvert à moi… Ce livre, c’est une porte d’entrée, une introduction à la psychologie positive. De me dire qu’il y avait des psychologues et des professionnels qui s’intéressaient à l’étude du bonheur, ça a été comme un pan de possibilités qui s’ouvrait. Cela a changé le regard que j’avais sur ma propre vie. Je le recommande encore aujourd’hui à mes clientes.

Sur le blog :  Se fixer des objectifs pour 2020 : méthode express !

*****

Merci Marjorie pour ton temps ! Cela a été un réel plaisir de découvrir ton parcours et tes inspirations. Hâte de t’écouter et de découvrir ton approche un peu plus en avant le 24 mai prochain lors de notre Before Work Dessine-toi une carrière avec Marjorie Llombart.

Reconversion professionnelle témoignage et solutions par Marjorie Llombart

Viens partager ce moment avec nous, en t’inscrivant à l’événement sur Eventbrite. C’est à 8 heures du matin pour te permettre d’enchaîner sur le reste de ta journée et il y aura du café et des croissants pour te motiver 🙂

See you le 24 mai prochain,

Marièke