Paru en avril 2007, La semaine de 4 heures de Tim Ferriss est un livre de développement professionnel. Régulièrement discuté et préconisé aux entrepreneurs et entrepreneuses qui souhaitent trouver l’équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle, j’ai eu envie de te proposer ma chronique et mes sentiments vis-à-vis de ce livre. Il fait partie des livres que nous avons dans notre bibliothèque de livres inspirants à l’Appart Quatremain.

*****

Un livre de développement professionnel

Je parle de développement professionnel pour La semaine de 4 heures car il s’agit d’un mixte en un livre de développement personnel comme il en fleurit de plus en plus sur les étals des librairies (Transformez votre vie, La communication non violente, Ranger votre vie…) et le développement économique d’une entreprise. Le livre ne parle d’ailleurs pas uniquement d’entreprise commerciale — travailler quatre heures par semaine peut aussi permettre d’atteindre des buts différents tels qu’apprendre à danser (Timothy Ferris a appris le tango).

Tim Ferris, écrivain et entrepreneur

Timothy Ferriss est un écrivain et un entrepreneur américain. Il a monté sa première entreprise en parallèle de son travail et a ensuite vécu de nombreuses aventures grâce au temps qu’il a libéré – il a ainsi appris le Tango en Argentine et pratiqué le Sanda (art martial chinois qui se rapproche de l’art Sumo japonais) en Chine à haut niveau. Il en parle dans son livre en parallèle des solutions qu’il a mises en place pour gagner du temps.

La semaine de 4 heures, par Tim Ferriss

La semaine de 4 heures, par Tim Ferriss

Les fondamentaux de La semaine de 4 heures

L’idée fondamentale du livre La semaine de 4 heures est que l’être humain a tendance, qu’il soit entrepreneur ou salarié, à obéir à des horaires, à des obligations et à des rites qui ne lui sont pas bénéfiques et ce, pour des raisons d’habitude et d’acceptations de la société. La gestion des emails ou la tenue de réunion interminable où rien n’est décidé sont des exemples flagrants de ce modèle que Tim Ferris remet en cause. Il critique la notion de gestion du temps et défend la suppression de tout ce qui peut être automatisé voire délégué.

La deuxième idée du livre est que le changement est maintenant et à portée.

Si c’est important pour vous et que vous voulez le faire « un jour ou l’autre », faites-le aujourd’hui et corrigez le tir chemin faisant.

Mieux vaut faire les choses mal que ne pas les faire du tout. Une pensée qui est en accord avec mon quotidien d’entrepreneuse et à laquelle je ne peux que me rallier.

Les idées à reprendre pour son entreprise

Si j’ai trouvé quelques idées de Tim Ferriss non adaptées et gênantes (cf. la partie suivante), certaines m’ont attirées et ont fait écho en moi. Je pense qu’une entreprise peut vraiment en bénéficier, de même qu’un parcours d’entrepreneur et d’entrepreuse.

Le temps c’est de l’argent

La première idée qui a résonné en moi est la notion que le temps, c’est de l’argent.

Ma façon de l’interpréter est que pour faire grandir sa société, il peut être intéressant d’automatiser certains process et de déléguer certaines tâches à des personnes qui sont plus compétentes et plus efficaces.

A l’Appart Quatremain, nous avons par exemple choisis de déléguer le ménage de nos locaux, la gestion de la plupart de nos mails et la gestion de nos réseaux sociaux. Ce sont toutes des tâches chronophages qui peuvent être gérées de façon qualitative et efficace par des personnes externes à la société. Bien sûr, cela nous coûte de l’argent de déléguer ces tâches, mais nous estimons que nous gagnons du temps et donc encore plus d’argent en les délégant.

Ne pas faire des heures pour faire des heures

S’obliger à faire des choses pour les faire est inutile. Si cette méthode de pensée peut trouver une certaine logique lorsque l’on est salarié (obéir aux ordres et aux process sans le questionner et être payé pour cela), c’est totalement incompatible pour un entrepreneur.

Tim Ferris dit ainsi « En travaillant seulement lorsque vous êtes le plus efficace, la vie est à la fois plus productive et plus agréable. » S’il faut parfois se forcer à travailler à certains horaires (pour un rendez-vous par exemple ou parce que c’est l’heure d’ouverture d’un service particulier), je trouve intéressant de questionner ses horaires de travail. Pourquoi respecter forcément les 9h – 17h en entreprise si ces horaires ne nous conviennent pas ?

Si tu as fait tout ce que tu avais prévu de faire en trois heures, pourquoi te forcer à travailler quatre heures pour rien ? (Et ce, d’autant plus si tu es du genre à faire beaucoup d’heures par ailleurs.)

La méthode des petits pas

Une autre idée de Tim Ferris qui a résonné en moi est celle qu’il vaut mieux faire par petits morceaux et en se trompant que ne rien faire du tout. J’ai beaucoup apprécié cette idée car c’est celle que j’applique à titre personnel depuis plusieurs années en tant qu’entrepreneuse. Je préfère faire et en tirer des conséquences. Cette méthode incrémentale aussi appelée méthode des petits pas ou méthode Kaizen est une méthode qui consiste à s’améliorer au fur et à mesure de son avancée. Tim Ferriss la défend et je ne peux que partager sa vision des choses.

Le prototype web

C’est une chose d’avancer dans son idée d’entreprise, c’en est une autre de se lancer de manière complètement inconsidérée. Dans son livre, Tim Ferriss propose quelques solutions pour tester des business, et notamment des business en ligne. Sa solution qui consiste en réaliser un test grandeur nature de son entreprise m’a beaucoup marquée.

Il propose ainsi de créer une page web pour le produit que l’on veut tester et de dépenser un budget de 500€ de Google Adwords (publicité Google) sur les mots qui définissent le mieux son projet. Le but de l’opération : voir combien de personne seraient prêtes à acheter notre produit et ainsi tester son modèle économique. L’intérêt de cette technique est qu’elle ne demande pas un énorme budget et qu’elle ne demande pas d’avoir une idée très aboutie pour être mise en place (simplement quelques photos).

Les limites

Si les idées de Tim Ferris m’ont pour certaines beaucoup interpelées, je ne peux pas être d’accord avec tout ce qui est dit.

Le modèle n’est pas applicable à tous les commerces

La dématérialisation à l’extrême des commerces proposés en exemple par l’auteur dans son livre est possible dans certains cas — la formation en ligne, la gestion d’un commerce en ligne de produits fabriqués ou revendus — mais certains commerces ne peuvent pas être à 100% dématérialisés et démultipliables.

Le modèle n’est pas applicable à tous les corps de métier

Dans la lignée du point précédent, toutes les activités ne peuvent être dématérialisées. Il faudra toujours quelqu’un pour balayer les rues, quelqu’un pour livrer les colis ou encore quelqu’un pour imaginer les futurs évolutions du monde. Impossible donc de dupliquer le modèle pour toute la population.

Le modèle revient à déléguer à plus faible que soi

Dans la même idée, le modèle de Tim Ferriss tend à faire l’apologie des assistants virtuels (profession développée notamment en Inde). Ces sous-traitants répondent à vos mails, calent vos rendez-vous, gèrent vos réservations… bref, gèrent tous les aspects de votre vie que vous souhaitez, pour peu que cela puisse être géré à distance par internet et/ou par téléphone. Si le système peut paraître séduisant, il est limité : le jour où ces assistants virtuels souhaiteront des assistants virtuels eux-même le système se mordra la queue.

Les injonctions et l’étalage de réussite

« Toi aussi tu peux le faire », « Toi aussi, tu peux y arriver dès maintenant », « En appliquant ces principes, j’ai réussi à devenir médaille d’argent de Sanda », « En faisant ma vie rêvée, je suis devenu millionnaire… ». Cet étalage de réussite et ces injonctions à prendre sa vie en main maintenant tout de suite peut être mal vécu. Si, pour ma part, j’ai réussi à m’en détacher, je sais que le ton emprunté par Tim Ferriss dans son livre a agacé certaines personnes de mon entourage.

*****

Pour conclure, j’ai tiré de nombreux enseignements professionnels et personnels de ma lecture de La semaine de 4 heures de Tim Ferriss mais certains éléments mentionnés et pratiqués par l’auteur du livre m’ont gênée. Le livre est très riche dans ses préceptes et ses idées pour obtenir ce que l’on souhaite pour sa vie et c’est pour cela que j’en conseillerai la lecture. Cependant, je ne peux m’empêcher de questionner la majorité des solutions trouvées par l’auteur pour gagner du temps et optimiser sa pratique.

Avez-vous lu La semaine de 4 heures ? Qu’en avez-vous pensé ? Je suis curieuse de lire votre point de vue !

Marièke